Soupe à la grimace dans les cantines scolaires de Schiltigheim

La colère et l’incompréhension montent dans la cité des brasseurs. Plusieurs dizaines de parents d’enfants scolarisés dans les écoles maternelles et primaires de la ville, qui avaient inscrit leurs têtes blondes à la cantine, ont été informés que cette inscription n’avait pas été prise en compte. Les cas sont nombreux : par exemple, cette mère de famille qui explique avoir validé l’inscription de son enfant, scolarisé en maternelle, via le site Agora plus Schiltigheim: « J’ai inscrit mon fils sur le site en juin, pour toute l’année scolaire, tous les jours. En effet, mes horaires de travail m’obligent à laisser mon enfant à la cantine et je voulais donc être certaine que tout se passe bien. Début septembre, je me connecte sur le site pour mettre à jour mon quotient familial et là, je constate que mon enfant n’est inscrit à la cantine que jusqu’au 23 septembre ! » Impossible de savoir d’où vient l’erreur : bug du site ou erreur de saisie, toujours possible. Le résultat est le même. « J’ai contacté la mairie où on m’a confirmé que mon fils n’était pas inscrit à la cantine et qu’il n’y avait plus de place. Je n’ai aucune solution de rechange et personne à la mairie ne semble comprendre la gravité de la situation». Christian Ball et le groupe « Schilick pour Tous », opposant à la Maire Danielle Dambach, n’ont pas raté cette occasion en or de pointer les faiblesses de la gestion municipale. Il fustige le nouveau tarif social à 1 euro le repas, mis en place par la mairie : « À un euro le repas, ça revient moins cher de laisser son enfant à la cantine que de le nourrir à la maison ». Selon l’opposition, ce nouveau tarif social aurait créé un effet d’aubaine et une augmentation sensible des inscriptions à la cantine scolaire, et donc la saturation des capacités d’accueil. Le tarif social priverait de cantine les familles en ayant vraiment besoin pour permettre aux parents de travailler. Cette analyse est rejetée par l’adjointe aux affaires scolaires, Sandrine Le Gouic : « en 2018, 1 058 élèves étaient inscrits, soit un tiers des écoliers schilikois. Ils sont 1 048 en 2019 soit dix de moins ». Parmi ces 1048 élèves, 55 familles sont au tarif social à un euro. On est loin de la saturation par effet d’aubaine.

Alors, que se passe-t-il ?

Sandrine Le Gouic affirme que des parents inscriraient leurs enfants pour la « totalité des jours » avant de « décocher au fil de la semaine en fonction des besoins ». Ce mode de fonctionnement entrainerait la saturation des inscriptions alors qu’au final les places disponibles dans les cantines seraient suffisantes. Dans ce cas, plutôt que de remettre en cause le comportement des parents bien obligés de s’adapter à un système d’inscription imparfait, qu’est-ce qui empêcherait la mairie de revoir un mode d’inscription/réservation générateur de bugs et d’insatisfaction ? La maire, Danielle Dambach, s’est fendue d’une tribune sur Facebook pour reprendre les arguments de son adjointe :
  • Pas d’augmentation des inscriptions due au nouveau tarif social
  • Des difficultés essentiellement dues à une tendance et de nouveaux usages du service de restauration scolaire
  • Des parents qui réservent tous les jours de la semaine et décochent au fil de leurs besoins.
Ces comportements impacteraient la gestion prévisionnelle, et bloqueraient des places pour des familles qui sollicitent des inscriptions supplémentaires à titre ponctuel. Ces justifications ne satisfont pas les familles en plein désarroi dont les questions sont toujours sans réponses :
  • Pourquoi devoir inscrire des enfants au jour le jour sur le site de la mairie si on a besoin de la cantine tous les jours de la semaine et toute l’année ?
  • Comment expliquer sérieusement cette pénurie de places si le nombre d’élèves inscrits n’a pas augmenté ?
  • Comment sécuriser l’accès à la cantine des enfants qui en ont besoin tous les jours ?
La situation est bien plus sérieuse qu’il n’y paraît et les nombreuses familles concernées attendent des réponses concrètes très rapidement. L’adjointe Sandrine Le Gouic ne semble pas avoir pris conscience de la situation. À moins de six mois du scrutin municipal, il faut espérer que Madame la Maire saura réagir rapidement et satisfaire les besoins légitimes des enfants. monflingue.fr

Abonnez vous en cliquant sur le bouton « suivre » en bas à gauche

Suivez-moi sur twitter

Suivez-moi sur Facebook

Retrouvez d’autres articles passionnants sur l’actualité alsacienne avec le site du magazine HEBDI. Et pensez à souscrire votre abonnement pour recevoir le mensuel chez vous 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close